APS change

Achat Vente Or depuis 1992

INFORMATION COVID-19

En raison de la COVID-19 les horaires d'ouvertures de nos agences risquent d'être perturbés et modifiés.

Merci de nous contacter par téléphone pour toute information.


RACHAT DE BIJOUX EN OR à Mantes-la-Jolie

RACHAT DE BIJOUX EN OR À MANTES-LA-JOLIE

RACHAT DE BIJOUX EN OR à Mantes-la-Jolie

L’or possède plusieurs caractéristiques intéressantes pour en faire un étalon monétaire : il est rare (la quantité totale d'or est stable dans le temps), durable, fongible (interchangeable), et facilement identifiable par sa couleur, sa densité, sa ductilité et ses propriétés acoustiques.

Les marchands et négociants en ont fait une unité de compte courante depuis l'Antiquité, ainsi qu'un instrument de réserve de valeur. Les modalités exactes de l'évolution de la monnaie varient selon l'époque et le lieu mais les historiens pensent en général que la forte valeur accordée à L’or (du fait de sa beauté, sa densité, sa résistance à la corrosion, son uniformité et la facilité à le refondre) en ont fait une réserve de valeur et une unité de compte pour d'autres instruments de réserve de valeur — ainsi, à Babylone, le boisseau de blé était l'unité de compte et une quantité d'or correspondante (beaucoup moins encombrante) servait à représenter et échanger cette valeur. Les systèmes monétaires primitifs basés sur des céréales utilisaient aussi L’or pour représenter la valeur du stockage des céréales. Les premiers systèmes bancaires sont apparus lorsque L’or déposé dans un établissement de change (ou un cautionnaire, une personne de confiance) pouvait être transféré d'un compte à un autre par un virement giro, ou prêté avec intérêt.

Dans le cadre d'un système monétaire fondé sur un produit ou une denrée, le rôle du papier-monnaie est de limiter le danger à transporter directement L’or, de limiter les possibilités de rogner les pièces d'or et d'éviter la déperdition de la masse monétaire circulant du fait de la thésaurisation. Les premières tentatives d'utilisation du papier-monnaie ont été favorisées par le manque de fiabilité des moyens de transport (les voyages longs étant particulièrement dangereux), ainsi que par le désir des États de contrôler ou réguler le commerce sur leur territoire. Les billets de banque à garantie d'or sont parfois appelés « certificats », ce qui les distingue d'autres formes de papier-monnaie ou monnaie fiduciaire.

Cependant, pour la plupart des civilisations, c'était l'argent mais aussi le cuivre — comme dans l'Empire romain, la Chine médiévale ou encore la Scandinavie avant le xviiie siècle — qui constituait l'essentiel de la masse monétaire et qui était utilisé dans la plupart des échanges. L’or, lui, servait de moyen ultime de stockage de valeur et n'était utilisé comme moyen de paiement que lorsque la quantité — et donc le poids — d'argent étaient trop élevés, en particulier pour payer des armées. L’or a supplanté l'argent comme instrument de commerce à quelques époques, comme l'âge d'or de l'Islam, l'apogée des cités-États d'Italie et surtout au xixe siècle. Depuis, L’or est resté métal de réserve jusqu'à la suspension des Accords de Bretton Woods en 1971 ; il sert maintenant de réserve de précaution face aux actions des banques centrales et des États, de réserve stratégique pour les États, de placement liquide et de stockage de valeur.

Le canton de Mantes-la-Jolie est une division administrative française, située dans le département des Yvelines et la région Île-de-France. À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées. Le nombre de communes du canton passe de 1 à 5. Mantes-la-Jolie est une commune française du département des Yvelines et de la région Île-de-France, chef-lieu d'arrondissement. C'est une ville moyenne, située sur la rive gauche de la Seine, à 57 km à l'ouest de Paris. Carrefour de voies fluviales et terrestres, Mantes apparut très tôt comme un lieu de commerce et d’échanges, mais également comme une place forte stratégique aux frontières de l’Île-de-France et de la Normandie. Mantes-la-Jolie se trouve dans le nord des Yvelines, à 53 km à l'ouest de Paris, à 47 km au nord-ouest de Versailles, préfecture du département, et à 85 km au sud-est de Rouen. La ville fait partie de la Communauté Urbaine Grand Paris Seine & Oise qui compte plus de 400 000 habitants. Mantes-la-Jolie est implantée au cœur de la vallée de la Seine, dans un méandre de la rive gauche du fleuve. Les communes limitrophes sont Rosny-sur-Seine à l'ouest, Buchelay au sud et Mantes-la-Ville au sud-est. Elle est séparée par la Seine de Guernes au nord-ouest, Follainville-Dennemont au nord et Limay au nord-est. Sa superficie est de 938 hectares. Le territoire communal s’étend sur environ 5,5 kilomètres en longueur d’est en ouest et sur environ 1,5 km en largeur du nord au sud. Mantes-la-Jolie est traversée dans la direction est-ouest par l'ancienne route nationale 13, déclassée en route départementale 113. Elle constitue l'axe principal de la commune avec l'avenue du Général-de-Gaulle, le boulevard du Maréchal-Juin, et l'avenue de la République. La ville est contournée à l'est par la route départementale 983 (ancienne route nationale 183) qui la relie à Magny-en-Vexin et à Houdan. Mantes est également reliée à Meulan par la RD 190 (ancienne route nationale 190) et à Dreux par la RD 928 (ancienne route nationale 828). L'autoroute A13 passe au sud de la ville, ce qui met Mantes-la-Jolie à 55 kilomètres de Paris (vers l'est), à 45 kilomètres de La Défense (en empruntant l'autoroute A14 après Orgeval) et à 83 kilomètres de Rouen (vers l'ouest). Trois sorties desservent l'agglomération mantaise. On distingue généralement quatre secteurs, ayant chacun une forme urbaine caractéristique. Ils sont le reflet de l'urbanisation de la ville d'est en ouest :

le centre-ville : un quartier dense et commercial ;

Gassicourt : un quartier résidentiel pavillonnaire ;

le Val Fourré : un grand ensemble de logements ;

les Hautes Garennes : un secteur non urbanisé, site d'un futur écoquartier fluvial.

Les plus anciennes références écrites de Mantes mentionnent différentes formes : Medanta au ixe siècle33,38,39, Medunta33, Medenta , Medonta castrum33, Medonta villa vers 127233.

Toutes ces formes semblent issues d'un primitif *Meduanta, pluriel de *Meduantum40,41. Ce toponyme est issu d'un hydronyme, comme c'est souvent le cas ; en effet, Medante fluminis (de flumen « fleuve ») est mentionné au xe siècle39. Sa signification possible conforte cette hypothèse car *Meduanta repose sur le gaulois medu- « hydromel »41, suivi du suffixe -anta. Le nom de la Mayenne (Meduana) est basé sur le même élément41.

Ce nom évolua par la suite et subit l'évolution phonétique du gallo-roman au français, avec l'amuïssement régulier de la consonne intervocalique, d'où Maante, puis progressivement Mantes à partir de la fin du xviie siècle. Son nom devint sporadiquement Mantes-sur-Seine dès le xviie siècle, à l'époque du développement des services postaux, afin éviter toute confusion avec Nantes. Dès L’origine, trois localités bien distinctes, mais contiguës, portaient le nom de Mante :

Mante-la-Ville, Medanta, Medunta, Medonta-Villa. C'était une paroisse rurale qui correspond à l'actuelle Mantes-la-Ville.

Mante-l'Eau. C'était une agglomération de maisons de pêcheurs, qui s'étendait le long de l'actuel quai des Cordeliers, le long de la Seine, jusqu'au village de Mante-la-Ville. Par la suite les fortifications englobèrent le village de pêcheurs.

Mante-le-Château, Medanta-Castrum ou Castellum. C'est la butte sur laquelle fut construite la motte castrale puis le château. En 1930, à la suite de la fusion de la ville avec le village de Gassicourt situé à l'ouest, son nom devint Mantes-Gassicourt. La conservation du nom de Gassicourt dans le nom de la nouvelle ville fut l’une des conditions de la fusion. Elle n'a pris son nom actuel qu'en 1953, en reprenant le qualificatif -la-Jolie, déjà officieusement donné depuis longtemps. Ce qualificatif est souvent - plaisamment - attribué à Henri IV. Dans une lettre adressée à Gabrielle d'Estrées, sa maîtresse, qui résidait à Mantes, le roi lui aurait écrit : « je viens à Mantes, ma jolie ». Cependant, ce qualificatif se réfère vraisemblablement au caractère du site en lui-même sur lequel la ville s'est développée : le cadre naturel de la vallée de la Seine. Aujourd’hui, il n'y a plus de lieux-dits à proprement parler, ceux-ci ayant été absorbés par le tissu urbain. Cependant, on les retrouve encore généralement dans la toponymie : les Bords de Seine, la Butte Verte, Chantecoq, les Hautes Coquilles, les Basses Coquilles, les Cordeliers, la Croix Ferrée, Les Garennes, les Martraits, Saint-Nicolas, Gassicourt, le Val Fourré.

Région          Île-de-France

Département            Yvelines

(sous-préfecture)

Arrondissement       Mantes-la-Jolie

(chef-lieu)

Intercommunalité    CU Grand Paris Seine et Oise

Maire

Mandat          Raphaël Cognet (LR)

2020-2026

Code postal  78200

Code commune       78361

Démographie

Gentilé           Mantais

Population

municipale    44 299 hab. (2017 en augmentation de 1,8 % par rapport à 2012)

Densité          4 723 hab./km2

Géographie

Coordonnées          48° 59′ 27″ nord, 1° 43′ 02″ est

Altitude          34 m

Min. 17 m

Max. 41 m

Superficie     9,38 km2

Élections

Départementales     Canton de Mantes-la-Jolie

(bureau centralisateur)

Législatives  8e circonscription des Yvelines