APS change

Achat Vente Or depuis 1992

INFORMATION COVID-19

En raison de la COVID-19 les horaires d'ouvertures de nos agences risquent d'être perturbés et modifiés.

Merci de nous contacter par téléphone pour toute information.


RACHAT DE BIJOUX EN OR à Malakoff

RACHAT DE BIJOUX EN OR À MALAKOFF

RACHAT DE BIJOUX EN OR à Malakoff

Malakoff est une commune française du département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud de Paris. Malakoff fait référence à une enseigne de cabaret ; « À la tour de Malakoff » créée en 1855, pendant la guerre de Crimée. Le nom de Malakoff provient du nom d'une tour défensive près de Sébastopol. La prise de cette tour contre les Russes par les troupes françaises commandées par le général Mac Mahon a permis la prise de la ville de Sébastopol pendant la guerre de Crimée en 1855. L'exploit fut célébré dans toute l'Europe et, en France, Alexandre Chauvelot reconstitua la tour au sud de Paris dans un parc à thème sur la guerre de Crimée. C'est en 1868 qu'est apparu le nom de la commune de Malakoff. Un décret signé le 8 novembre 1883 par le président de la République Jules Grévy officialise la séparation d’avec Vanves. En 1870, en pleine guerre franco-prussienne, la tour de Malakoff édifiée par Chauvelot est démolie du fait de son usage comme point de mire par les canonniers ennemis aux portes de Paris. La commune de Malakoff est l'une des plus jeunes du département. Son territoire, longtemps champêtre et forestier, n'abrite que peu de maisons jusqu'à la fin du xviiie siècle. Ne s'y trouvent que des chemins transversaux et quelques remises à gibier. Ce territoire peu peuplé dépend de la paroisse de Vanves, sous le nom de Petit-Vanves. Au début du xixe siècle, sur les lieux où s'est ensuite développée Malakoff, les carrières ont fourni des pierres en abondance pour la croissance de Paris. En 1845 naît une agglomération au nord, sous l'impulsion d'Alexandre Chauvelot, ancien rôtisseur fortuné qui se lance dans des opérations immobilières. Des terrains en friche sont alors vendus, par lots, à des ouvriers et employés qui y construisent des maisons. La zone urbaine, achevée vers 1850 et constituée de petites maisons individuelles, est baptisée la Nouvelle-Californie. Fleuron du parc d'attraction créé au lotissement de la Nouvelle-Californie, la reconstitution en plâtras de la tour Malakoff donne, en 1883, son nom à la nouvelle commune issue d’une séparation d’avec la commune de Vanves. La ligne de chemin de fer reliant Paris à Versailles, dont la gare de Vanves-Malakoff est inaugurée la même année, matérialise cette séparation. Du russe Малаков, Malakov. Elle tient son nom de la Tour Malakoff, à Sébastopol, lieu d’une victoire française lors de la guerre de Crimée (1853-1856).

ACHETER OU VENDRE VOS BIJOUX EN OR

REVENDRE VOS BIJOUX EN OR dans les Hauts-de-Seine

Arrondissement   Antony

Intercommunalité              Métropole du Grand Paris

EPT Vallée Sud Grand Paris

Maire

Mandat Jacqueline Belhomme (PCF)

2020-2026

Code postal          92240

Code commune  92046

Démographie

Gentilé   Malakoffiots, Malakoffiotes ou Malakovites

Population

municipale           30 720 hab. (2017 en augmentation de 0,99 % par rapport à 2012)

Densité  14 841 hab./km2

Géographie

Coordonnées       48° 49′ 01″ nord, 2° 17′ 40″ est

Altitude Min. 64 m

Max. 95 m

Superficie             2,07 km2

Élections

Départementales Canton de Montrouge

Législatives          11e circonscription des Hauts-de-Seine

Après la guerre, le niveau de vie s'améliore doucement avec le plein emploi et l'augmentation des salaires ; les bijoux reprennent leur place dans la vie quotidienne. Depuis les années 1950, on peut distinguer clairement trois grands secteurs :

la joaillerie, qui fabrique des pièces uniques ou en série limitée dans des matériaux prestigieux ;

la bijouterie fantaisie, qui produit des pièces en série en profitant des nouveaux matériaux comme le plastique ; la bijouterie artisanale, qui fabrique des pièces uniques ou en série limitée.

Un bijou (pluriel: bijoux) est un bijou complexe incorporé dans les vêtements ou porté seul sur le corps. Dans l'Égypte ancienne et de façon contemporaine mais disparate en Afrique de l'Ouest, la bijouterie était considérée comme une forme de grand art. Dans le Nouveau Monde, les Amérindiens avaient une culture de fabrication de bijoux en or. Christophe Colomb, en effet, a saccagé beaucoup d’or de ce type à son retour au Portugal. L'art de la bijouterie était à peu près stable, sur plusieurs siècles, et réservé et codifié en tant que profession. Les techniques de travail des métaux développées pendant la révolution industrielle ont rendu les bijoux abordables pour tous, ils n'étaient donc plus considérés comme de simples luxes pour les riches.

Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats français portaient des bijoux soigneusement sélectionnés pour indiquer leur grade et leur spécialité. Ceux-ci seraient souvent faits simplement de fer ou d'aluminium

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la nouvelle industrie de fabrication de bijoux en France est paralysée; mais ils ont répondu en produisant des bijoux patriotiques, avec les emblèmes des régiments et autres unités de l'armée, pour porter leurs uniformes. Après la seconde guerre mondiale, dans l'esprit optimiste de l'époque, avec plus d'argent, plus d'espoir et plus d'avenir, le bijou est redevenu une partie de la vie quotidienne pour exprimer ses remerciements et son amour.

En bijouterie, le carat (abrégé « ct » en français, certains bijoutiers le notent « k » ou « kt » à l'instar de l'usage allemand ou anglo-saxon) est une mesure de pureté de métaux précieux tels que l’or. Dans ce contexte, un carat représente 1⁄24 de la masse totale d'un alliage (à ne pas confondre avec le carat des joailliers). Par exemple, de l’or à 15 carats signifie que dans 24 g d'alliage, on trouve 15 g d’or pur. De l’or 24 carats est de l’or pur.

La finesse millésimale est un système qui dénote la pureté des alliages de platine, d’or et d'argent en parties par millier de métal pur en masse dans l'alliage. Par exemple, un alliage contenant 75% d’or est noté "750". De nombreux pays européens utilisent des estampilles décimales (c'est-à-dire "585", "750", etc.) plutôt que "14K", "18K", etc., qui sont utilisées au Royaume-Uni et aux États-Unis.

C'est une extension de l'ancien système de carats qui dénote la pureté de l’or par des fractions de 24, comme "18 carats" pour un alliage avec 75% (18 parties pour 24) d’or pur en masse. La finesse millésimale est généralement arrondie à un nombre à trois chiffres, en particulier lorsqu'il est utilisé comme poinçon, et la finesse peut légèrement varier des versions traditionnelles de pureté. Voici les finesses millésimales les plus courantes utilisées pour les métaux précieux et les termes les plus courants qui leur sont associés. Le carat (abr. Kt ou C) est une unité de mesure de la finesse de l’or. Le terme est dérivé du carat métrique qui est encore utilisé aujourd'hui pour les pierres précieuses. Depuis la fin de l'Antiquité, la teneur en or des pièces a été mesurée en termes de fractions de masse d'une pièce attribuées à l’or. La pièce la plus précieuse, le solidus, avait une pureté de près de 24 carats. La masse et la valeur d'une kération étaient de 1⁄24 de solidus, donc le nombre de Keratia Gold qui composait la pièce lui a également donné sa finesse.